Quelle toile utiliser dans mon salon ?

Screenline toiles sur mesure

C’est une question qui revient très fréquemment. La problématique du salon est directement liée au niveau de luminosité d’une pièce à vivre. Bien entendu, on pourrait dire qu’il suffit de mettre des rideaux (très) occultants pour se retrouver dans la même situation ou presque qu’une salle dédiée. Sauf qu’une pièce à vivre, comme le nom l’indique, est une pièce où d’autres personnes peuvent être amenées à passer pendant la projection, et ces personnes ont tout, sauf envie de se prendre les pieds dans un meuble. Et vous, vous avez tout sauf envie qu’on vous allume la lumière en plein film.

C’est donc la première indication avant de choisir la toile à mettre dans le salon : considérez que vous allez projeter dans une semi-pénombre (assurée, pourquoi pas, par un voilage léger de couleur qui réconciliera tout le monde par ses qualités esthétiques). Bien sûr, la nuit, la question ne se pose plus.

L’autre élément important concerne les reflets potentiels de la lumière du projecteur. Il s’agit bien sûr de lumière réfléchie par l’écran, puisque vous avez concentré le flux lumineux du projecteur vers celui-ci. Les principaux éléments susceptibles de créer des reflets sont : le plafond blanc (surtout s’il est laqué !), les vitrines de bibliothèque ou living, et plus globalement tout objet présentant une surface lisse et claire (vase, tableau, etc.). Soyons clairs : la lumière est là, et on ne peut pas l’empêcher de se réfléchir sur l’écran, c’est précisément pour cela qu’on met un écran !

La première mesure évidente consiste à éliminer tous les objets réfléchissants qui peuvent éventuellement être déplacés. Le plafond, lui, ne peut pas l’être, mais il existe des films adhésifs mats anti reflets qui peuvent peut être être posés dans la zone de reflet au dessus de l’écran. Après, il n’y a plus qu’une solution : diminuer le flux lumineux. La toile peut intervenir dans ce process, dans la mesure où les toiles « techniques » ont en général un gain inférieur à 1.0, ce qui veut dire qu’il repart moins de lumière qu’il n’arrive. C’est évidemment une solution (qui peut se révéler onéreuse) mais honnêtement ce n’est pas une solution très maligne. Vous avez cherché le meilleur projecteur, la meilleure toile, et ensuite, pour éviter des reflets, vous allez « manger » de la lumière. C’est assez incohérent. Si la seule solution possible est de réduire le flux lumineux, mettez votre projecteur en mode éco ! Vous ferez des économies de lampe, et vous ne dépenserez pas un centime de plus.

Vous l’avez compris, le choix d’une toile dans votre salon répond exactement aux mêmes critères que dans une salle dédiée. Si votre projecteur délivre un ratio de contraste dynamique relativement faible, disons 10 000 à 70 000:1, alors oui, le choix d’une toile technique est justifié (une toile grise haut contraste). Mais si vous disposez d’une machine plus haut de gamme, avec des ratios de 100 000, 200 000, 500 000:1 et plus, le choix d’une toile technique n’a aucune justification ; pire, il est contre-productif car la calibration du projecteur n’en sera que plus compliquée. Après, si vous souhaitez ou devez projeter en forte luminosité ambiante, le choix d’une toile « ultra technique », telle que la Draper React 3.0, devient une évidence, mais une évidence qui a son prix. C’est pour cela que dans son salon, il est en génral plus facile et plus abordable de poser un voilage coloré, comme indiqué en début d’article.

Conclusion : faites votre choix. Un projecteur aux performances et au prix modestes avec une toile « haut contraste », ou un projecteur aux performances époustouflantes avec une toile neutre. Et n’essayez surtout pas de résoudre votre problème de reflets avec la toile d’écran, ce serait vraiment une idée bizarre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *