NeoTouch et le RS485, pour quoi faire ?

ABtUS NeoTouch module de conversion RS485 RS232

Si nous sommes pour la plupart familiers avec les protocoles RS232, qui permettent d’envoyer des codes de commande à nos appareils A/V (projecteurs, moniteurs, mixers, switchers, etc.), le protocole RS485 est nettement moins connu, et pourtant, il gagne énormément à être connu.

Techniquement, le RS485 est à peu près au RS232 ce que l’audio symétrique est à l’audio asymétrique. A la place du traditionnel Tx + Rx + Gnd du RS232, RS485 se contente d’un D+ / D- (en mode half duplex) qui indique bien qu’on ne travaille plus en 0-9v comme le RS232 mais en général en -5v / +5v, avec la possibilité d’envoyer et recevoir les données sur une seule paire croisée, sur des distances importantes. Pour se situer, on peut aussi noter que le DMX512, bien connu des éclairagistes, n’est rien d’autre qu’une application de la norme RS485, avec une masse de référence permettant d’accroître les distances de communication.

Au delà de la « couche physique » – la définition du protocole électrique – RS485 inclut une couche supérieure définissant le mode « half duplex », c’est à dire la capacité à passer les informations dans une direction puis dans l’autre en passant par un mode « idle », et aussi (et surtout, en ce qui nous concerne) la possibilité de gérer 32 transmetteurs et 32 récepteurs sur une même ligne.

ABtUS NeoTouch clavier tactile programmable 12 boutons

Concrètement cela signifie qu’on peut sur une seule ligne série adresser jusqu’à 32 appareils individuellement. Prenons un exemple : on dispose dans une salle de deux projecteurs identiques, qu’on souhaiterait pouvoir gérer séparément, c’est à dire allumer l’un, l’autre ou les deux avec une seule commande. En RS232, on peut facilement partager un même signal entre plusieurs appareils, avec un simple câblage parallèle. Mais chaque commande envoyée est reçue par tous les appareils, ils vont donc tous répondre de façon indifférenciée. Impossible d’allumer un projecteur et pas l’autre. Mais avec RS485, chaque récepteur dispose d’un ID particulier, de 00 à 31. Dès lors, chaque commande peut être adressée à un appareil particulier sans impacter les autres. On rentre donc dans un monde nouveau en termes d’automatisation.

NeoTouch tire tout le profit de la norme RS485, grâce à ses différents modules de commande : RS232, infrarouge, relais électriques, et même variateur 230v, tous gérables en RS485. Chaque bouton des kits NeoTouch, y compris le petit clavier tactile à 12 boutons, peut agir sur un « réseau » RS485 dans lequel on trouvera les modules nécessaires pour gérer les différents appareils, incluant aussi volets, éclairage, clim, etc. simplement en incluant l’identifiant (ID) de chaque module dans la commande envoyée sur le réseau, sans aucun risque de conflit. En effet, certains appareils n’apprécient pas de recevoir des codes qui ne leur sont pas destinés, et peuvent facilement « planter » en pareil cas.

Les perspectives liées à ce système sont énormes. On peut imaginer qu’avec 32 claviers à 12 boutons tactiles, et 32 modules RS, IR, électriques, il devient possible de créer jusqu’à 384 commandes (et même plus grâce aux macro-commandes) vers 32 appareils de toute nature à partir de 32 points de commande distincts et séparés, simplement avec une paire croisée courant de module en module à travers tout le bâtiment, le protocole RS485 supportant facilement plusieurs dizaines de mètres entre chaque module. Et tout ça à un prix dérisoire, comparé à des systèmes complexes, en IP généralement, demandant des programmations extrêmement complexes et d’une stabilité aléatoire, comme tout système informatique.

Voilà une raison de plus de regarder le système NeoTouch d’un peu plus près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *